Contributeurs: Antoine Colmet-Daage, Rosanna Mary, Vincent Bonhomme, Liora

 français   Dernière modification le: 11/05/17 - Crée le: 10/05/17


20 000 lieux sous la terre

par Liora

Vous êtes sur la version de travail d'un article en brouillon. Quand vous serez prêt.e.s, vous pouvez la proposer à la révision en apposant {{Révision?}} dans l'article.
Contributeurs : Antoine Colmet-Daage, Liora, Rosanna Mary, Vincent Bonhomme · Éditeur : ?no_editor
Date création : 10 mai 2017 · Date révision : ?date_rev · Version révision : ?id_rev
Lien court : http://shakepeers.org?curid=1011


Objet de nombreux mythes, mes éléments sont la terre et le feu.
J’apparais entre autre au cinéma dans une adaptation de l’univers de Tolkien.
Je peux dormir des millénaires, me confondre dans le paysage voire même sombrer dans l’oubli.
Mais quand je me réveille, je crache des torrents de flammes et souffle un gaz destructeur autour de moi.
Et je ne suis pas un dragon.
Je suis, je suis, je suis… un volcan oui !

L’image classique d’une éruption volcanique est ce cône parfait avec de la lave rougeoyante, une pluie de cendres et un gigantesque panache de fumée. Mais d'où viennent tous ces matériaux? Quels chemins ont-ils emprunté? Et en quelle quantité?

En 2017, plus d’un demi milliard d’êtres humains vivent sur un volcan ou à proximité et espèrent qu'on prédise au mieux l'activité de leur dangereux voisin. Pour cela, il nous faudrait disposer de l’anatomie du volcan, autrement dit une carte de ses entrailles.

Éruption d'un des cratères sommitaux de l'Etna, Sicile (juillet 2012)

Aujourd'hui, s'il est encore impossible de plonger dans un volcan comme Otto et Axel Lidenbrock dans Voyage au centre de la Terre de Jules Vernes, on peut déjà enregistrer la déformation du sol à l’aide d’instruments installés en surface. Minute papillon, le sol se déforme ?

Imaginons que nous soyons étendus sur une plage de sable noir. On n’est pas bien là ? Pourtant cette plage est sur les flancs d’un volcan, l'Etna. Si le volume de magma augmente, le sol sous nos pieds se soulève. A l’inverse, lorsque le volume diminue, le sol s'affaisse.

Dans la plupart des études, ce volume est assimilé à une simple sphère[1], une orange, mais en réalité il ressemble plus à une patate germée avec des racines qui correspondent aux passages par lesquels se faufilerait le magma jusqu'à la surface. L’enjeu est précisément de trouver ce modèle de patate et d'identifier les fractures pouvant conduire le magma aussi bien vers le sommet du volcan que sur ses flancs. Chercher ce modèle revient à trouver quelles sont les causes de cette déformation en surface : c'est ce qu'on appelle un problème inverse.

Et pour s’approcher au maximum de cette réalité, toutes les données de déformation doivent être fusionnées. Le modèle qui en résulte permettra de mieux prédire le prochain réveil du dragon! Ah non du volcan pardon.

Pour aller plus loin

  1. Mogi K. (1958) Relations between the eruptions of various volcanoes and the deformation of the ground surfaces of them. Bulletin of the Earthquake Research Institute. Vol. 36-99:134